News/Special Offers
Artists
Catalogue/Shop
Tours
Links
About ECM

"One of the finest discs to come from ECM of late by the little-known but distinguished Rosamunde Quartet. The Webern dates from his short-live Romantic period, in style close to late Strauss or Schoenberg of Verklärte Nacht. Shostakovich's elegiac String Quartet No. 8, dedicated to 'the victims of fascism and war', glints with irony and self-reference, while the Czech Burian manages to be at once sinister and dreamy."
Fiona Maddocks, The Observer

Le contenue révèle un ensemble aux qualités de premier ordre (sonorité, justesse, concentration). Aux côtés de deux pages connues (Langsamer Satz de Webern, et le Huitième Quatuor de Chostakovitch, un quatuor inconnu d'Emil Burian. (...) Sa musique est fascinante : Elle collecte toutes les images sonores de l'entre-deux-guerres, mais compose un paysage kaléidoscopique constamment tenu et conduit. ‘uvre mineure en forme de chef-d'¦uvre.
Renaud Machard, Le Monde

Il pleut des quatours à cordes. Mais on compte sur les doigts d'une main les vrais artistes dans cette discipline difficile entre toutes. Le Quatour Rosamunde de Munich révèle ici des qualités d'intensité et de sensibilité exceptionnelles. Rarement l'écriture aux délicats entrelacs polyphoniques du "Mouvement lent" de Webern aura-t-elle sonné de façon aussi lisible ­ et en même temps à fleur d'archet, entre les notes, si proche du renoncement. Comme si cela ne suffisait pas, les Rosamunde possèdent l'énergie farouche requise par le 8 e Quatour de Chostakovich. L'âpreté est vécue dans la chair du son, avec une noirceur de sonorité et un art de la déclamation personnels et convaincants. Reste la découverte qui rend ce disque indispensable : le Quatour n° 4 d'Emil Frantisek Burian, communiste tchèque sacrifié comme tant d'autres sur l'autel du totalitarisme nazi. Burian survivra par miracle, mais pas ses ¦uvres d'avant-guerre. L'inquiétude ne quittera plus le compositeur. Elle donne à sa musique une aura étrange, à la mélancolie lunaire. Comme un labyrinthe du souvenir qui ne connaîtrait pas d'issue.
Luca Sabbatini, Le Journal de Genève

Back